Une semaine dans le parc Kruger

Le parc national Kruger est le 3e plus grand parc d’Afrique. Avec une superficie de 19 633 km2, et environ 2500 km de pistes et de routes à sillonner, nous avons décidé d’y passer une petite semaine, histoire de voir un maximum d’animaux et de profiter de cette nature.

Rhino

Un peu d’histoire et quelques anecdotes

Le parc Kruger a été créé en 1898 par Monsieur Paul Kruger, président de la République du Transvaal dans le but de préserver la faune et la flore. Ce n’est qu’en 1927 que le parc devient accessible au public afin d’aider à financer les soins et l’entretien de la réserve. Désormais c’est plus d’un million de visiteurs qui y circulent chaque année.

Au-delà de la surpopulation de touristes, le parc connaît un problème de surpopulation d’éléphants. Afin de préserver cette espèce naguère menacée, le pac Kruger a mis en place de nombreuses mesures afin de chouchouter ses éléphants. Ces mesures ont fonctionné à merveille, car c’est désormais 12 000 éléphants qui vivent dans le parc, soit 6000 de trop pour la superficie du parc !

Wilddog

À l’inverse le parc peine à conserver ses rhinocéros. En cause le braconnage pour sa corne qui aurait des vertus médicinales. Braconnage totalement stupide, car savez-vous que les cornes de rhinocéros repoussent une fois coupées ? Les cornes sont comme des ongles pour nous. Saviez-vous aussi que pour qu’une corne soit utilisée à des fins médicales elle doit très rapidement atteindre l’Asie, pour cela un seul moyen, l’avion… Comment une corne peut voyager en avion sans que la douane s’en rende compte ? Je vous laisse y réfléchir, mais le mot corruption vous aidera à vous faire une idée sur la question.

Pour la petite anecdote supplémentaire savez-vous qu’un grand nombre de Mozambicains décèdent tués par des lions dans le parc ? L’explication est assez simple, ces personnes cherchant à fuir leur pays essayent de passer par le parc pour rejoindre clandestinement l’Afrique du Sud. Ce voyage et très périlleux. Malgré le fait que les animaux du parc soient « habitués » à la présence des voitures et des touristes, ils n’en restent pas moins des animaux sauvages et n’hésitent pas à compliquer la fuite des Mozambicains.

Lion1

Ce que nous y avons fait et vu

Les premiers jours nous avons établi notre campement en dehors du parc, à Hazyview. Nous passions la porte de Phabeni et roulions sur différentes routes. Mais très rapidement il nous a semblé impossible de couvrir une grande superficie du parc en restant à l’extérieur. N’oubliez pas qu’il y a 2500 km de routes…

Nous avons donc décidé d’aller à Skukuza et d’y passer quelques nuits. De là, il est bien plus facile de longer la Sabie river jusqu’à Lower Sabie.

Puis nous avons passé nos dernières nuits à Satara afin de pouvoir aller jusqu’à Olifant plus aisément.

Si vous regardez une carte, vous pourrez voir que nous avons à peine fait la moitié du parc. Ça vous laisse imaginer l’immensité du parc !

Elephant2

En une semaine dans le parc nous avons pu vraiment en profiter. Nous y avons vu les Big Five : lions, éléphants, léopard, rhinocéros, et buffles. Mais aussi pleins de gazelles et antilopes, des hyènes, des wild dog (espèce menacée), des zèbres, des girafes, des chacals, des hippopotames, et pleins d’espèces d’oiseaux. J’oublie surement certains animaux, mais en gros nous avons vu presque tout ce que nous voulions sauf… Des Guépards ! Il semblerait que ça soit assez dur de les voir.

Les paysages du Kruger sont aussi variés que les animaux ! Nous passions de brousse très dense à des landes quasi désertiques en passant par des endroits très verts le long des rivières. Voilà pourquoi il ne faut pas se cantonner à une petite partie du parc.

Olifan

Nos impressions

Les locaux nous ont à plusieurs reprises dit que pour voir des animaux, il fallait rester dans la partie au sud de Skukuza. Nous y avons certes vu pas mal de choses, mais ça n’est pas la partie que nous avons préférée. Envahie par des touristes qui visitent le parc avec les rangers voir même en autocars (ça, on n’a pas compris), cette partie du parc peut vite prendre des allures de Zoo ou 15 véhicules s’arrêtent pour observer les animaux. Les guides y sont roi et se croient tout permis au point que nos premiers jours nous ont un peu agacés.

Cependant les paysages le long de la Sabie River sont vraiment très beaux. On y voit toujours des éléphants qui se baignent ou traversent tout simplement la rivière et c’est un vrai bonheur.

Buffalo

Mais nous avons vraiment réussi à nous détendre quand nous avons pris la route vers Satara. Plus aucun tours organisés, ou du moins très peu. Et c’est là que nous avons pu voir un léopard très proche avec seulement 3 voitures arrêtées ! Sur cette route la végétation est moins dense et facilite l’observation des animaux. Des points de vue comme celui de Olifant offrent des paysages aussi beaux que ceux de Lower Sabie et le campement de Satara y est certes plus rustique, mais aussi plus convivial.

D’une façon générale, nous sommes contents de ne pas avoir écouté les conseils des locaux et d’avoir poursuivi la route vers le nord, car sans cela nous n’aurions pas autant aimé notre séjour dans le Kruger.

Nous avons fini notre séjour en sortant par la porte de Orpen afin de rejoindre le Blyde river Canyon. Un troupeau de Buffles traversant la route nous a bloqués 20 bonnes minutes. Alors finalement le Kruger, c’est des routes bétonnées, beaucoup de touristes, mais aussi beaucoup d’animaux et de très beaux paysages. Un lieu qui est effectivement incontournable en Afrique du Sud.

Une semaine dans le parc Kruger
4.8 (95%) 4 votes

7 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *