Le parc national du Kakadu

Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO à la fois comme paysage naturel mais aussi comme paysage culturel, ce parc s’étend sur plus de 19757 km2.
Dernière étape avant notre arrivée à Darwin, nous visitons donc le parc national du Kakadu. Ce parc possède réellement une richesse incroyable et offre des paysages d’une rare variété. Mais que pouvons-nous y faire et voir réellement ?

Se détendre au Kakadu

Première rencontre dans ce parc, deux jeunes Français, nos amis Nico et Pauline. Au milieu des mouches qui ne nous quittent toujours pas, nous rencontrons dès le premier soir ces deux compères avec qui nous avons découvert ce parc.

Nous commençons par Gunlom, accessible en 4×4 et seul endroit du Kakadu où nous pourrons nous baigner ! Les crocodiles n’y sont pas présents mais nous ne sommes quand même pas très rassurés 🙂

Saison des pluies oblige, grand soleil, grosse chaleur et aucun touriste ! Le lieu est désertique et d’une grande beauté ! Parfait pour nous !

Gunlom dans le Kakadu
Un petit plouf à Gunlom – Kakadu

L’eau n’est pas rafraichissante mais un petit plouf s’impose quand même 🙂 Nous n’irons cependant pas nager jusqu’aux cascades de peur de croiser quand même un crocodile égaré.

Après cette expérience épuisante, nous avons passé un bon moment au Gagudju Lodge, à boire des bières et profiter de la piscine ! C’est ça aussi le Kakadu !

S’enrichir (culturellement)

Mondialement célèbre, le Kakadu abrite une des plus fortes concentrations au monde de peintures aborigènes. Elles sont dans l’ensemble bien conservées et il faut dire que certains aborigènes avaient du talent.

Vous pourrez admirer ces peintures à différents endroits du parc, mais les plus belles sont assurément celles d’Ubirr.

Peintures aborigènes du Kakadu
Peintures aborigènes dans le Kakadu

Le centre culturel aborigène de Warradjan (gratuit) permet également de découvrir un peu plus la vie de ces Hommes il y a quelques milliers d’années.

Une mine d’uranium est également présente dans le parc représentant plus de 10% des ressources mondiales. Elle est étroitement surveillée par les rangers.

Observer les animaux

Nous profitons de la fin de la journée pour aller voir la Yellow Water à la recherche de nos premiers crocodiles australiens.

Crocodiles dans le Kakadu
Steve notre premier croco !

Abritant des milliers d’animaux facilement observables en saison sèche, certaines parties du Kakadu sont cependant inaccessibles durant la saison des pluies.

Nous y sommes allés au début de la saison des pluies et les animaux dans l’ensemble étaient encore là !

Nous avons eu la chance de voir entre autres un petit kangourou sortir de la poche de sa maman pour se dégourdir les pattes, des serpents, des centaines d’oiseaux, des crocodiles et des opossums.

Bébé kangourou sortant de la poche
Petit kangourou essayant de rentrer dans la poche de sa maman

Plus d’un tiers des oiseaux recensés en Australie vive au Kakadu ! Environ 10% des espèces d’oiseaux n’ont pas de représentants connus en dehors de ce parc !
Pour les amateurs d’oiseaux vous pourrez entre autres apercevoir  le Dendrocygne d’Eyton, le Milan siffleur, le Pygargue blagre, le Tadorne radjah, l’Oedicnème bridé, la Colombine rufipenne et le Jabiru.

Découvrir des paysages inoubliables

Le Nourlangie Rock, la Yellow Water et Ubirr ! Vous allez découvrir des paysages très différents mais d’une telle beauté ! Le détour vaut assurément le coup !

Coucher de soleil sur la yellow water - kakadu
Coucher de soleil sur la Yellow Water

Monter sur le plateau à Ubbir offre également un spectacle majestueux sur l’Arnhemland, l’une des plus grandes réserves aborigènes d’Australie.

Panorama Ubir dans le Kakadu
Panorama à Ubirr

Nous sommes restés un moment à Ubirr à admirer cette immensité et les nuages avancer au fil du temps. Un moment inoubliable.

Et vous ? Avez-vous un paysage que vous n’oublierez jamais ?

 

14 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *