Destinations

Enquête IFOP – juin 2022

Accueil Destinations Enquête IFOP – juin 2022

Vacances : la charge mentale des femmes ne s’allège pas

Une enquête exclusive de l’IFOP pour le site Voyage avec Nous ( voyageavecnous.fr )

Durant les prochaines semaines, des millions de Français quitteront leur domicile pour se rendre à la mer, à la montagne ou encore à la campagne. Bien plus concernées que leurs conjoints tout au long de l’année par la gestion du foyer, les contraintes administratives et le suivi des enfants, les femmes profitent-elles pleinement de cette trêve estivale pour couper avec le rythme quotidien et alléger la charge mentale qui pèse sur elle ?

La réponse est NON pour nombre d’entre elles selon les résultats d’une enquête, la première sur ce sujet, menée par l’IFOP à la demande du site voyageavecnous.fr . Il ressort de cette étude consacrée au partage des tâches au sein des couples dans la préparation et l’organisation des vacances que les Françaises s’impliquent globalement plus que leurs conjoints, tant en amont du départ qu’une fois sur place.

C’est en effet à elles qu’il revient majoritairement de planifier, d’anticiper puis d’assurer la tenue du ménage et le bien-être des enfants sur le lieu de villégiature. Ainsi que le souligne François Kraus, directeur du pôle Genre, sexualité et santé sexuelle à l’IFOP, « il apparaît clairement que les femmes ne sont jamais autant en vacances que les hommes. »

Organisation des vacances : près de 7 femmes sur 10 plus impliquées que leur conjoint

Les vacances 2022 ressemblent aux précédentes pour des millions de femmes : ce sont elles qui prennent en charge l’essentiel de l’organisation dans la majorité des couples.

Vacances et charge mentale femmes

À la veille de partir, cette année, les deux tiers (66%) des Françaises indiquent en avoir fait plus que leur conjoint en la matière, 43% estimant même en avoir fait « beaucoup plus » quand elles ne sont que 7% à juger s’être impliquées un peu moins ou beaucoup moins dans la mise en œuvre des congés familiaux.

Côté masculin, on semble voir les choses de manière quelque peu différente : si seulement un tiers (34%) des hommes interrogés disent en avoir fait plus que leur conjointe, ils sont 53% à affirmer qu’ils ont pris une part égale alors qu’à peine plus du quart des femmes (27%) font état d’un partage des responsabilités au sein du couple. Cette inégale répartition des tâches liées aux congés n’est pas propre à l’été 2022 : 67% des femmes disent que cette charge leur revient habituellement.

Sur la route des vacances, les hommes gardent le volant

S’ils laissent pour nombre d’entre eux à leur conjointe le soin de gérer la préparation des vacances, il est un domaine dans lequel les hommes gardent la main : la conduite de la voiture familiale sur le trajet qui mène au lieu de villégiature.

2- Enquête IFOP pour Voyage avec Nous - Vacances et charge mentale

Plus de la moitié des femmes (56%) et moins d’un tiers des hommes (31%) prennent l’initiative de lancer le processus de réflexion pour les vacances à venir. Elles sont encore 48% (26% des hommes) à s’occuper de réserver le lieu d’hébergement et 37% (26% des hommes) à décider du choix de la destination et du trajet. 
Le seul point où apparait un semblant d’équilibre est celui qui concerne l’achat des billets de transport, 50% des femmes et 44% des hommes déclarant assumer personnellement cette tâche.

En revanche, la conduite de la voiture familiale sur la route des vacances reste un privilège fortement masculin :  58% des hommes déclarent prendre le volant contre 18% des femmes qui assurent elles-mêmes le trajet.

Il s'agit de la seule tâche liée à l'organisation des vacances dont les hommes s'acquittent majoritairement, devant les femmes.

Tâches ménagères : en vacances comme à la maison

Pour une majorité de femmes, le fait d’être en vacances ne modifie guère le quotidien : le ménage, les courses ou encore la tenue du budget leur reviennent.

Elles sont ainsi plus de la moitié (54%) à préparer les repas (24% des hommes disant le faire), 50% à faire les courses (22% des hommes s’en chargeant) ou encore 53% à assurer l’entretien du lieu de villégiature contre seulement 15% des hommes qui s’en acquittent principalement.

Lorsque les décisions ne sont pas prises à deux, les femmes sont plus à l’initiative que leurs conjoints lorsqu’il s’agit de choisir les lieux où manger (28% contre 19%), de tenir le budget familial (49% contre 33%) et même de collecter souvenirs et photos (53% contre 29%).

Les mères bien plus engagées que les pères

S’occuper des enfants tout au long de l’année, qu’il s’agisse de leur santé, de leurs devoirs ou encore des activités extra-scolaires, représente pour les femmes une source importante de charge mentale. Une situation qu’elles continuent de vivre lorsque vient le temps des vacances, car même à cette période de l’année où ils sont censés être plus disponibles, les pères jouent souvent les abonnés absents.

3- Enquête IFOP pour voyageavecnous.fr - Vacances et charge mentale femmes

C’est par exemple le cas lorsqu’il s’agit de faire la valise : près de 8 femmes sur 10 s’en chargent seules contre seulement un père sur dix qui indique s’en occuper personnellement. Elles sont également plus nombreuses (79%) à prévoir l’achat de vêtements adaptés aux vacances, de sélectionner les jeux qu’ils emporteront avec eux (56%) et de penser à la trousse à pharmacie (86%).

Arrivées à destination, 75% d’entre elles font tourner la machine à laver pour nettoyer le linge des enfants, et plus de la moitié confectionnent déjeuner et dîner, veillent à la tenue du cahier de vacances ou encore se préoccupent des différentes activités auxquels participe leur progéniture. Autant d’items pour lesquels moins de 20% des hommes indiquent s’investir plus que leur conjointe.

Une source de disputes fréquente

Alors que les vacances sont synonymes de détente et de repos, le net déséquilibre entre femmes et hommes qui vient d’être mis en lumière est à la source de fréquentes tensions au sein des couples.

dispute organisation vacances couple

Près de la moitié des femmes (47%) disent ainsi s’être déjà disputées avec leur conjoint (lesquels sont 38% à l’indiquer également) lors de la préparation de leurs vacances. Des brouilles qui ont pour motifs des désaccords variés : soit parce que le partenaire ne s’implique pas dans la préparation des congés (4 femmes sur 10 soulignent cette raison), soit parce qu’il ne sait pas organiser un voyage (constat exprimé par un tiers des femmes et un peu plus d’un quart des hommes) ou bien qu’il a tardé dans la réservation des activités et des trajets.

Pour certains couples, c’est la teneur même des vacances qui provoque des dissensions : un quart (26%) des femmes et des hommes interrogés se sont déjà disputés avec leur conjoint parce qu’ils ne sont pas adeptes du même style de vacances ou bien parce que le choix de la destination ne convient pas aux deux. Autre point d’achoppement possible, qui a déjà concerné 30% des couples interrogés : des dépenses sur place supérieures à celles qui étaient prévues pour les vacances.

Le point de vue de François Kraus, directeur du pôle « Genre, sexualité et santé sexuelle » à l’IFOP

Cette enquête montre que les vacances, qu’il s’agisse de leur préparation ou de leur déroulement, n’échappent pas au privilège de genre qui veut que les hommes en fassent globalement moins que les femmes dans la plupart des tâches liées à la vie de couple et aux enfants. Même en congés, c’est à elles qu’il revient très majoritairement d’anticiper, de préparer et de gérer, à l’exception de la conduite de la voiture familiale qui demeure une chasse gardée masculine. En ce sens, il apparaît clairement que les femmes ne sont jamais autant en vacances que les hommes puisque durant cette période, pourtant associée à la détente et au repos, elles subissent toujours les inégalités de répartition des tâches déjà vécues au quotidien tout le reste de l’année. Malgré la plus grande disponibilité du conjoint, la trêve estivale ne parvient donc pas à rompre les modèles conjugaux et familiaux inégalitaires.

Étude Ifop pour Voyage Avec Nous réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 22 au 24 juin 2022 auprès de 1 099 personnes en couple, issues d’un échantillon de 1 503 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Une note pour cet article ?
 27 avis (4/5)
0 commentaires
Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.