Destinations

Enquête Ifop – Mai 2021

Accueil Destinations Enquête Ifop – Mai 2021

Les Français et les vacances d’été : l’inquiétude plane toujours

Alors que la France est entrée dans un plan de déconfinement en plusieurs étapes qui devrait voir une grande partie des restrictions levées d’ici au 30 juin, nos compatriotes restent inquiets quand on les interroge sur leurs prochaines vacances estivales.

L’étude menée par l’Ifop pour le site Voyageavecnous.fr montre en effet que la Covid-19 entre toujours largement en ligne de compte dans la décision de partir ou non et, lorsque départ il y a, dans le choix de la destination retenue. Plus de 8 Français sur 10 resteront dans l’Hexagone cet été, avec une préférence plus marquée que l’an dernier pour le littoral.

Une inquiétude de la population au regard du contexte

annuler les vacances cet ete

Les deux tiers des Français (64%) ayant l’intention de partir cet été se disent « inquiets à l'idée de devoir annuler leurs vacances à cause de la crise sanitaire », sachant que la proportion de vacanciers « pessimistes sur le fait qu’elles puissent se dérouler comme ils le souhaitent » a quasiment doublé (35%) par rapport à l’an dernier (19%).

francais pessimiste pour vacances 2021

9 Français sur 10 (90%) indiquent par ailleurs qu'ils seront vigilants aux démarches sanitaires mises en œuvre dans la perspective de leurs prochaines vacances, un chiffre stable par rapport à 2020 (92%).

Des classes populaires qui vont moins partir cette année

previsions vacances ete covid

Les intentions de départ en vacances (52%) sont, certes, un peu plus élevées que l’an dernier (44%) mais elles restent inférieures à une année habituelle (60% en 2019, 56% en 2018)), notamment chez les plus pauvres : seul un tiers des personnes appartenant aux ménages les plus modestes (revenus inférieurs à 900 € net /mois par unité de consommation) pensent partir cet été, soit une proportion en baisse par rapport à l’an dernier (-10 points).

Le virus et l'argent freinent les départs

craintes covid francais

Parmi les Français qui ne partiront pas en vacances cet été, 44% invoquent une raison liée à la Covid-19, qu’il s’agisse de la volonté de ne pas prendre de risques vis-à-vis de la propagation du virus (26%, nettement en baisse par rapport aux 36% enregistrés en 2020) ou de la crainte d’être contraints dans leurs déplacements (18%). Près d’1/4 des personnes interrogées (22%) ne partiront pas cette année pour des raisons financières.

Une durée de séjour qui ne varie guère

duree des vacances

68% des Français qui partiront en vacances seront absents de leur domicile une ou deux semaines cet été, une proportion qui reste sensiblement identique aux années précédentes (65% en 2019) et légèrement moins élevée que l’an dernier (74%). Plus d’1 Français sur 4 (27%) dit qu’il sera en villégiature durant 3 semaines ou plus.

Un repli sur la France ou sa région

voyager en france ou etranger

Les intentions de départ en vacances cet été sont sous le signe d’une « préférence nationale » très marquée : 84% des Français ayant l’intention de partir cet été pensent aller en France, soit un niveau supérieur à l’an dernier (81%) mais aussi beaucoup plus haut que durant les années pré-Covid (66% en 2015 par exemple).

Plus des 2/3 des personnes interrogées disent que le facteur « risque sanitaire » joue un rôle important ou essentiel dans le choix de leur destination. Comme l’an dernier, une majorité de Français (54%) va opter davantage pour des destinations voisines de leur département et de leur région.

La mer largement en tête

ou partir en vacances

La destination littorale est en nette progression cette année dans les intentions de départ des Français. Les 2/3 des personnes interrogées (65%) optent pour un séjour à la mer contre un peu plus de la moitié l’an passé (54%). C’est la campagne qui pâtit le plus de ce changement (16% cette année, 24% l’an dernier), la proportion de personnes déclarant se rendre à la montagne restant sensiblement la même (12% en 2020, 13% cette année). En termes de catégories d’âge, les vacances à la mer ont les faveurs de près des 3/4 (74%) des moins de 35 ans contre 60% des plus de 35 ans.


Enquête menée par l’Ifop pour Voyageavecnous.fr auprès de 1 010 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne les 27 et 28 avril.

0 commentaires
Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *